×

Succession et placements financiers : faites confiance à un conseiller en gestion de patrimoine

Succession et placements financiers : faites confiance à un conseiller en gestion de patrimoine

« Patrimoine » : ce terme peut recouvrir différentes réalités, toutes assez éloignées de l’antique « patri munus » (« la fonction de père », en français). Petit ou moyen, voire gros ou hors normes, le patrimoine est ce capital transmissible que nous sommes en mesure d’acquérir par héritage ou par nos efforts.

Qu’est-ce que le patrimoine ?

Maison de famille, biens immobiliers, foncier agricole ou forestier, valeurs mobilières, livrets d’épargne, meubles, assurance vie, placements financiers divers et variés, etc. : le patrimoine peut recouvrir une large gamme de choses. Mais ce sont les placements financiers en particulier qui vont nous intéresser, car ils paraissent moins concrets et ils inquiètent souvent davantage.

Si l’acquisition et l’accroissement du patrimoine sont le fruit d’un travail méritoire (même les héritiers travaillent pour la plupart à accroître le leur), on le gère en vue de l’avenir : son avenir propre ; mais aussi celui de ses proches – le conjoint ou les enfants le plus souvent.

On ne peut que conseiller les détenteurs d’un patrimoine, aussi modeste soit-il, de prendre à l’avance des dispositions pour préparer leur succession. On ne considère pas souvent d’un bon œil la mort, mais c’est une bonne chose de s’y intéresser pour éviter taxation trop importante et mésententes entre héritiers…

Si on songe facilement aux biens immobiliers ou mobiliers tangibles, ce serait une erreur de ne pas accorder aux placements financiers notre attention. De quoi s’agit-il ? D’une immobilisation de capital financier, en vue de bénéfices (intérêts ou dividendes…).

Les principaux placements financiers sont : les actions, les obligations, les assurances vie, l’immobilier financier (SCPI…), le financement participatif ou encore le capital-investissement. Nous n’entrerons pas ici dans la notion de risque, si importante en la matière, car l’aspect successoral seul qui nous intéresse.

Concrètement, comment procéder ?

Qu’on le déplore ou non, la législation de l’État duquel nous sommes résidents fiscaux s’impose à nous. Cette législation n’est pas toujours lisible pour le citoyen lambda ; en France, elle l’est pour les grandes lignes, mais il est notoire que les frais de succession ne sont pas spécialement légers.

Il est donc conseillé de recourir aux services d’un cabinet gestion de patrimoine, car un grand nombre de niches et de subtilités existent pour diversifier et consolider ses placements financiers tout en remettant à ses héritiers un patrimoine le plus inentamé possible. La donation de son vivant, spécialement avant l’âge de 80 ans, est d’ailleurs une piste à envisager pour de nombreux actifs.

Prenez conseil et faites-vous accompagner : cela évitera bien des déboires !

Laisser un commentaire